L'interview « vérité » du Coach : Christophe Carrasco

Cette fois-ci retrouvez Christophe Carrasco, l'entraîneur de Maillane (R2) dans notre interview Vérité du Coach.

Tu es coach depuis quand ?

Depuis l’âge des 18 ans, je suis revenu dans mon club d’origine, Châteaurenard, et j’ai commencé à entrainer une super génération. C’est Gérard Escalier que j’apprécie beaucoup qui m’a donné cette « passion » celle de s’intéresser aux autres, de les faire progresser et d’avoir des objectifs communs.

Jordan Ferri c’est pour moi le meilleur « mentalement »

Ton meilleur souvenir ?

A St Rémy de Provence, cher au président Bianucci, on est champion en 13 ans ligue et on gagne la coupe Rhône Durance. Une super génération (91/92) avec des supers joueurs et parents. Mais bien d’autres grands souvenirs dans le club des Alpilles.

Le meilleur joueur que tu as entraîné ?

Il y a bien sûr Jordan Ferri c’est pour moi le meilleur « mentalement ». Rien ne lui résiste le jour de match. Il a cette facilité de transformer la « pression » en énergies positives.

Combien de joueurs sont très forts mais n’arrivent pas à éclater au plus haut niveau ? 9/10. Lui c’est le seul, il joue un 4X4 dans la cour d’école comme il peut jouer autant libéré et serein sur n’importe quel terrain de football dans le monde !

Ce que le coach souhaite, la seule vérité : la gagne

Ton meilleur système de jeu ?

J’adore l'attaque, l’utilisation des cotés, des vrais centreurs, des vrais joueurs de rupture avec comme assise des joueurs qui « aiment » défendre. Cela, c’est dans ma tête ! Après dans le club que vous entrainez, vous avez les joueurs qui sont là, je m’adapte à leur profil. A Maillane c’est plutôt du 4/4/2.

Le plus important c’est de trouver la bonne solution, l’équilibre dans l’équipe, l'épanouissement des joueurs et leur liberté. Ce que le coach souhaite, la seule vérité : la gagne. Quand on a trouvé l’équilibre, c’est génial je ne change plus !



Ton meilleur président ?

Beaucoup :

- Michel Uffren un AMI, la sympathie, l’humanité, j’adore

- Christian Bianucci une statue à St Rémy de Provence, impressionnant

- André Moutte à Chateaurenard, un grand gestionnaire, visionnaire

Aujourd’hui à Maillane je ne fais pas de différence avec les 2 présidents que je cotoie  : Respect. Ils sont des « bénévoles » indispensables dans un club.

Le pire lundi c’était après mon 1er match avec l’équipe DHR de ST REMY DE PROVENCE

Ton moment préféré d'avant match ?

Quand on joue à « domicile » je regarde toujours l’équipe réserve qui est de qualitée à Maillane. Je regarde, j’analyse, je me pose des questions sur tels ou tels joueurs, j’observe l’attitude de notre coach de la PHA, je l’imagine à ma place, j’anticipe l’avenir. 

Ton pire lundi ?

Le pire lundi c’était après mon 1er match avec l’équipe DHR de ST REMY DE PROVENCE en séniors, on venait d’en prendre 3 ou 4 à domicile contre Mandelieu et j’ai provoqué une réunion avec tous les joueurs.

Message très clair « si c’est pour me promener tous les dimanches et en prendre une valise, on change vite d’entraineur ». A l’arrivée on finit 1er en DHR SENIORS, on gagne la finale des ligues contre ANTIBES.

Sacrée génération : Colombe, Demissy, Lançon, Calissi, Guimera, Perrot, Milan, Zrhidane, Merhouni, Gherardy, Balloy, Tafroute, Schneider, Carbonel etc…

Ton match le plus fou ?

A 19 ans à St Rémy de Provence, je remplace pour l’un des matches les plus importants de la saison le coach, Christophe Laville indisponible ce jour-là. On joue contre Monteux.

Je fais une causerie tournée essentiellement sur les sentiments et la confiance en soi, j'ai vu des monstres sortir du vestiaire, on a gagné. C’était l’essentiel !!

Châteaurenard, c’est ma ville de naissance mais j’adore tous les petits villages aux alentours


Ton meilleur souvenir en coupe ?

C’était au tout début de mes premiers pas d’entraineur à Chateaurenard, j’entrainais les – 20 ans. On finit champion en excellence et on fait la finale de la coupe Rhône Durance contre l'Olympique Avignonnais de Patrick OTTAMIAN.

On perd mais quelle saison pour un club et des joueurs qui n’avaient jamais vécu autant d’émotions dans une saison.


Ta meilleure anecdote ?

Quand j’ai commencé à entrainer à Eygalières et que j’entre pour la 1ère fois dans le vestiaire je vois un FRIGO ! Je me dis, eux ils sont en avance sur la cryothérapie ! En fait ce n’était pas les joueurs que l’on mettait dans le frigo mais la récompense du dimanche : la « canette ». Le vrai football, je l’ai appris là-bas, des valeurs humaines. 

Ta plus grosse colère ?

Difficile d’expliquer mais on joue la montée avec les minimes de St Rémy de Provence, on va à Montfavet et on perd 4/1 à la mi-temps. Je pousse une gueulante (plus maintenant les joueurs en rigolent) et on gagne le match, n’est-ce pas CALISSI ?

J’aime l’humain, la sincérité !

Le club que tu aurais aimé entraîner ?

Chateaurenard, c’est ma ville de naissance mais j’adore tous les petits villages aux alentours car ils sont dans le même état d’esprit que moi : des gagnants. J’aime l’humain, la sincérité !

Ton projet d'avenir ?

J’ai toujours plein de projets mais peu se concrétisent, dommage ! Je suis un « formateur » avant tout.

Mon but serait de reprendre un club avec des installations adéquates, avoir un budget de fonctionnement pour aller chercher des vrais formateurs qui souhaiteraient s’inscrire dans la durée dans un club pour former, former et former.

Le plus important c’est de mettre les meilleurs éducateurs chez les plus petits et de leur donner envie de pratiquer le sport numéro 1. J’attends toujours le Président d’un club ou le chef d’entreprise qui souhaite m’accompagner sur un VRAI projet de formation. C’est l’essentiel.

J’y passerai des heures sur le terrain. Avant les SENIORS, les ENFANTS avec des vrais éducateurs.

 

Nos derniers articles