Julien Bérangier : "Je n'aimerais pas être dans les baskets à Villas-Boas !"

A la suite des conflits au sein de l’Olympique de Marseille entre Florian Thauvin et Dimitri Payet, nous avons trouvé intéressant d’avoir le point de vue d’un entraîneur amateur ! C’est Julien Bérangier, l’entraîneur et président de l’espérance gordienne (D2) qui a répondu à nos questions :

Est-ce que tu as déjà eu des conflits dans ton groupe ?

Des conflits dans un groupe, il y en a toujours. Tu ne peux pas passer une saison où tout le monde s’entend avec tout le monde. En tant qu’entraîneur, on veut bien sûr que tout le monde s’entende, mais il peut y avoir de la jalousie, « pourquoi un tel joue plus que moi » par exemple.

Comment gérer ça ?

Si quelqu’un avait la recette miracle, ce serait bien (rires) ! Actuellement, je n’aimerais pas être dans les baskets à Villas Boas, surtout qu’il travaille avec un groupe où l’argent entre en jeu, dans une équipe de l’OM où tout est disproportionné, on le voit encore avec les incidents de la commanderie… c’est hyper compliqué. Ce qui est le plus difficile à gérer dans l’affaire Thauvin-Payet, c’est que ce sont 2 cadres de l’équipe. Chaque coach gère ça à sa façon, mais moi je parle beaucoup avec mes joueurs, j’essaye de discuter avec eux mais en général dans cette situation, comme je l’ai déjà dit il n’y a pas de recette miracle.

Le fait que 2 joueurs ne s’entendent pas a-t-il un impact sur tout le groupe ?

Je pense oui, d’autant plus quand il s’agit de joueurs cadres. Ils sont plus regardés, tout ce qu’ils font et tout ce qu’ils disent est important donc cela a un impact négatif sur le groupe. Quand il y a des tensions dans l’équipe, il faut selon moi réunir tout le monde et en parler.

Est-ce que tu serais prêt à te passer de tes meilleurs éléments pour le bien du groupe ?

Ce n’est pas facile, car dans le monde du foot amateur, il y a beaucoup de choses qui entrent en compte. Me passer de mes meilleurs éléments, si cela permet au groupe d’obtenir de meilleurs résultats, oui. Mais après si tu arrives à parler avec ton meilleur élément, que tu essayes de le remettre en selle, ça peut le faire. Malgré tout, je pense vraiment que se passer de ses meilleurs éléments en amateur est quelque chose de très compliqué. Après, si le comportement ne suit vraiment pas, ça a beau être même ton meilleur buteur, je pense qu’il faut le mettre de côté. En amateur, ce qui prime, c’est l’état d’esprit. Si ton état d’esprit n’est pas bon, tu n’avances pas. C’est ce que j’essaye d’inculquer à mon club et à mon équipe. Bien sûr chacun gère son groupe comme il le souhaite, mais c’est ma façon d’être, j’aime la discussion. Je suis quelqu’un de passionné et beaucoup dans l’affectif, même si parfois ça ne colle pas.

Un mot pour la fin ?

J’espère que le foot pourra reprendre rapidement et qu’on puisse tous continuer à exercer notre passion, parce que ça commence à être vraiment long et vraiment dur.

Nos derniers articles